Menu principal

Pour la défense des libertés individuelles et collectives PDF Imprimer Envoyer
Défense des libertés
Lundi, 22 Février 2010 20:48

Au moindre fait divers médiatisé, Sarkozy et son gouvernement répondent par de nouvelles lois de plus en plus répressives. Ces textes sont d’autant plus inquiétants qu’on assiste en parallèle au démantèlement des services publics, du système judiciaire, avec notamment la réforme de l’instruction. Cette politique remet en cause l’égalité des citoyens et citoyennes face à la justice.

La fabrication de bouc- émissaires et la criminalisation de certaines populations permettent d’étendre un contrôle social répressif à l’ensemble de la société.

Il y a urgence à évaluer l’arsenal des nouvelles lois répressives (pertinence, efficacité, utilité)

Force est de constater que, dans notre société, la sécurité est un marché juteux aussi bien au plan financier qu’au plan électoral.

 

Nous militons pour :

 

  • L’abrogation des lois sur l’immigration (restriction au droit de vivre en famille) et sur les quotas.

  • La suppression de l’indigne « délit de solidarité ».

  • La disparition des centres de rétention et la titularisation des sans-papiers.

  • L’abrogation de la loi de programmation militaire redéfinissant la sécurité intérieure et notamment la notion de « secret défense ».

  • L’abandon de tous les fichages qu’ils soient collectifs (vidéo surveillance par exemple) ou individuels comme notamment : BASE élève, fichage ADN obligatoire….

  • L’interdiction de prolonger préventivement les peines.

  • L’interdiction des armes prétendument sans danger comme le Taser ou Flash ball pour les agents du maintien de l’ordre.

 

  • L’abrogation des nouveaux délits et des nouvelles sanctions visant à criminaliser la pauvreté comme par exemple : création du délit de violation de la propriété contre les squatters et les gens du voyage

  • L’abrogation des dispositions abaissant la majorité pénale et l’âge de la détention provisoire

  • L’abrogation des textes sur l’allongement de la garde à vue, l’intervention tardive de l’avocat, les perquisition de nuit et la réquisition des documents.