Menu principal

RASSEMBLEMENT samedi 31 mars à 10h30 à Bayonne devant la gare PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Samedi, 31 Mars 2012 00:00

Français

Euskara

 

PAS UN EURO POUR LEUR CRISE ! PAS UN EURO POUR LEUR DETTE !
HALTE AU CHÔMAGE, A LA PRECARITE, AUX SALAIRES DE MISERE !

Dette publique… quelle dette ? Pas la notre !
Depuis de longues années, cadeaux fiscaux et allègements de cotisations sociales se multiplient pour le  patronat (170 milliards d’euros par an). Et avec la crise de 2008, ce sont des centaines de milliards supplémentaires que l’Etat a distribués aux banques et aux trusts. Mais tout cela, loin de servir à l’emploi (les banques s’apprêtent à en supprimer des milliers!) et aux salaires, alimente la spéculation des banquiers et financiers de tout poil qui maintenant s’en prennent à la dette des états eux-mêmes, provoquant son augmentation par des taux prohibitifs.
Nous refusons de payer cette dette ! Non seulement elle n’est pas la notre, mais encore elle sert de prétexte pour attaquer durement le monde du travail.

La crise ? Pas pour tout le monde !
Pour rembourser cette dette, patronat et gouvernement en appellent à notre responsabilité, pour accepter le chômage, la précarité, les revenus de misère, et leurs mesures d’austérité. La TVA augmente, les hausses d’impôts touchent les plus pauvres (en particulier, des non imposables ne le seront plus), licenciements et suppressions de postes se multiplient. Sans parler des atteintes au droit de grève (après le transport aérien, à qui le tour ?) et des mesures en cours : TVA anti « sociale », accords compétitivité (soit payer moins pour travailler plus), allongement de la durée des CDD etc. Et il faut s’attendre à des attaques encore plus dures après les élections de 2012, que la droite ou la gauche l’emporte. La rigueur version Hollande ne s’annonce pas plus douce que celle de Sarkozy.
Quant aux grands groupes du CAC 40, ils sont eux, en pleine santé avec, en 2011, 87 milliard d’euros de profits (dont près de la moitié pour les actionnaires) et 34% d’augmentation pour les salaires de leurs PDG ! Total atteint 12,27 milliards de bénéfices, presque son record, tandis que la BNP, avec ses 6 milliards de profits, est la banque européenne la plus rentable en 2011. La Société Générale, avec 2 milliards d’euros, ne s’en sort pas mal non plus !

C’est eux ou nous !
Dette, rigueur, sacrifices : que les gros actionnaires des groupes financiers, industriels et autres payent l’addition ! Face à l’aggravation des inégalités sociales, défendons notre vie quotidienne, c’est à dire l’emploi et le pouvoir d’achat. C’est cela l’essentiel, et il permet d’unifier les luttes de tous les secteurs.
Exigeons l’interdiction des licenciements et l’arrêt des suppressions de postes, la répartition du travail entre toutes et tous sans baisse de salaire, les créations d’emplois nécessaires, et des augmentations conséquentes des salaires, des pensions et des minima sociaux. Le SMIC doit être porté à au moins 1500 euros nets!
Pas possible diront-ils ? Mais les milliards qui partent chaque jour en fumée montrent le contraire. Et puis, qu’ils ouvrent les livres de compte, les vrais ( !), des banques, des entreprises et nous verrons bien ce qu’il en est !
Il s’agit d’inverser la tendance, à commencer par la saisie des grandes banques et la création d’un pôle public bancaire sous contrôle des salariés et de la population.

Une seule voie : préparer une lutte d’ensemble, pour gagner !
La colère et la révolte grondent dans plusieurs pays, en Grèce en particulier, laboratoire des politiques d’austérité et de la régression sociale. S’y déroule un hold up contre les travailleurs-euses (salaire minimum réduit à 480 euros nets), qui annonce ce qui se prépare au niveau européen. Le peuple grec résiste, par les manifestations, les occupations de ministères, mairies, centres électriques, hôpitaux (l’hôpital de Kilkis : sous contrôle et gestion des salariéEs !), par la grève générale. C'est la voie à suivre, indiquée aussi par la grève générale du 29 mars dans l’état espagnol où les classes populaires sont confrontées à une situation de plus en plus dure. Développer les luttes, ici, est le meilleur soutien au peuple grec et la meilleure des résistances!
Le Medef et le gouvernement continueront-ils à nous racketter ou les ferons-nous reculer ? Les luttes sociales restent isolées, dispersées. C’est leur coordination qu’il faut mettre en place. C’est leur convergence qui est nécessaire pour préparer un mouvement d’ensemble puissant et déterminé, seul capable de gagner face au patronat et au gouvernement.

EURO BAKAR BAT EZ HAIEN KRISIARENTZAT !
EURO BAKAR BAT EZ HAIEN ZORRARENTZAT !

Kapitalismoa porrotean
Gaindituak, gobernamenduak, haien kontseilariak, ekonomistak eta banku zentralak noraezean dira. Ez dakite zer egin krisiaren aurrean; krisia, geroz eta sakonagoa, sistema kapitalistaren krisia da eta jendarte osoa peko errekara darama zuzenki.

Zer zor ?
Frantses estatuak, beste asko bezala, ehun miliarka euro banatu dizkie bankuei eta multinazionalei, 2008ko krisia garaian, zorra handituz. Diru hau, enplegu eta lansarientzat baliatu ordez, bankularien eta finantzarioen espekulazioa elikatzera joan da; haiek dira estatuen aurka itzultzen direnak gaur egun, zorraren emendatzea ondorioztatuz.
Hau da krisiaren iturburuetariko bat; besteak – kronikoak - aberatsen aldeko neurri guztiak dira  :  zergen tikitzea eta zergarik ez pagatzeko ematen diren aukera ezberdinak,  enpresa buruei ematen zaizkien laguntza guztiak.

Langileentzat, zorroztasun neurriak; aberatsak beti aberatsagoak !
Zor hori, gurea ez den zor hori, aitzakia hutsa da ! Zorra ordaintzea, Sarko, Fillon eta konpainiak gure erantzukizuna dela sinestarazi nahi digute; langabezia, prekaritatea, errenta miserableak gehi hartzen dituzten zorroztasun neurri guztiak onartaraziko dizkigutelakoan ! Azkenetariko baten jomugan eritzen direnak dira, gehienak iruzurgileak direla erranez. Eraso gogorragoak aurreikusten ahal dira, 2012ko hauteskundeak eta gero.
CAC 40ko enpresa talde handiak osasuntsuak dira aldiz ! 2011ko azken azterketen araberan, haien etekinak, gorakadan, 87 miliar eurokoak lirateke (2007an, hazkundearen gailurrean, 101 miliarrekoak zirenean). Geroz eta etekin gehiago zapaltzaileentzat, geroz eta sakrifizio gehiago langileentzat !

Enpleguaren eta eros ahalen aldeko neurriak inposa ditzagun !
Zorra, zorroztasuna, sakrifizioak : finantza eta industri taldeen akziodun handiek ordain ditzaten ! Ezberdintasun sozialen larritzearen aurrean, gure eguneroko bizia defendatu behar dugu, hots enplegua eta eros ahalmena. Hau da garrantzitsuena eta horren inguruan ditugu sektore guztietako borrokak elkartuko.
Onartezina da, adibidez, PSA Peugeot Citroënek (1,1 miliar etekin 2010ean) 5000 enplegu desagerraraztea eta  BNP Paribas-ek (5 miliar etekin 2011ko lehen hiru hiruiletan zehar) 1400.
Lizentziamenduen debekua, lan postuen murrizketen gelditzea, lanaren banaketa (lan sarien tipitzerik gabe), behar diren lan postuen sortzea, aldarrikatu, exijitu behar ditugu baita hilabete sarien, pentsioen eta gutxienezko errenta sozialen emendatzea ere. SMIC-a gutxienez 1500 eurokoa (garbi)  izatea.
Ezinezkoa diote ? Alta egunero aireratzen diren miliarrek beste zerbait  erakusten dute. Horrez gain, bankuen eta enpresen  kontuak – egiazkoak - erakuts ditzaten eta orduan ohartuko gara benetako egoeraz !

Bide bakarra : elkartu eta  borrokatu, irabazteko !
Herri askotan, haserrea agerian da, erresistentziak eta borrokak antolatzen eta hedatzen dira, Grezian, Espainian, Britania Handian, Arabiar herrietan, Txilen, Israelen, AEBn... hau da bidea !
Medefek eta gobernamenduak gu “raketatzen” segitutzen utziko ditugu ala gibelaraziko ditugu ? Borroka sozialak barreiatuak dira. Koordinatu eta elkartu behar ditugu, mugimendu orokor eta indartsua eraikitzeko, hau da irabazteko bide bakarra.

Mise à jour le Mardi, 10 Avril 2012 14:17