Menu principal

Retraites: il n’y a rien à négocier! PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Jeudi, 27 Juin 2013 22:05

Français
Euskara

Patronat et gouvernement nous attaquent

Préparons la riposte!

 

Non au racket!

Hollande et son gouvernement, dans les pas de Sarkozy et du Medef, s’en prend lui aussi à nos retraites. Un nouveau racket est en vue. Allonger la durée de cotisation retraites jusqu'à 44 annuités, baisser nos pensions(entre autre elles ne suivraient plus la hausse des prix, la CSG augmenterait, et pour les fonctionnaires le calcul se ferait sur les 10 dernières années): ces pistes sont envisagées.

«On vit plus longtemps, donc il faut travailler plus longtemps»: pourquoi?...alors que c’est notre travail qui a permis que le PIB, qui mesure les richesses produites, soit multiplié par 5 depuis 60 ans!

Et où va cet argent?

Dans les poches des actionnaires (41 milliards d’euros distribués par les entreprises du CAC 40 en 2012!), dans celles des Bettencourt, Arnault, Pinault (dont les fortunes sont estimées respectivement à 23, 22 et 15 milliards d’euros au palmarès 2013, et ne cessent de croître), dans les caisses du patronat qui bénéficie de plus de 100 milliards d’aides publiques annuelles, avec en plus les 20 milliards de crédit d’impôt offerts par le gouvernement Ayrault-Hollande.

De l’argent, il y en a

mais... toujours pour une infime minorité. Il faut que ça change! Qu’il serve pour nos retraites, pour donner du travail à toutes et tous et augmenter les salaires, donc les cotisations et il n’y aura plus de problème de «déficit»! C’est une questions de droits, des salarié-e-s comme des retraité-e-s.

37,5 - 60&55

Non seulement nous n’acceptons aucun recul, mais encore nous voulons: le retour aux 37,5 annuités, le départ à 60 ans et 55 pour les travaux pénibles, le partage du travail entre toutes et tous, une augmentation conséquente des salaires, des pensions et des minimas sociaux.

Se préparer à la riposte!

Conférence sociale, concertation sociale, partenaires sociaux: jeu de dupes, parlotes, où les syndicats n’ont rien à faire. C’est du temps perdu, c’est semer des illusions alors qu’il n’y a rien à négocier et qu’il faut préparer une riposte générale. La régression sociale ne doit pas passer. A nous de la combattre avec nos armes: les manifestations, les grèves, le blocage de l’économie!

 

Erantzuna presta dezagun !

Nagusiek eta gobernuak erasotzen gaituzte !

Erretretak : ez da deus negoziatzekorik !


Xantaiazko arrobantzari ez !

Sarkozy eta Medef-aren urratsak segituz, Hollande eta bere gobernamenduak gure erretretak erasotzen dituzte. Xantaiazko arrobantza berri baten aitzinean gira. Erretreten kotizazio iraupena 44 urtetara luzatzea eta gure erretreta sariak apaltzea (ez lirateke prezioen emendatzearen pareko, CSG goratu eta funtzionarientzat kalkulua azken 10 urteen arabera eginen litzateke) : horra zein bide hartu nahi duten.

« Gure bizitza luzatzen da, beraz urte gehiagotan lan egin behar dugu » : zergatik ? ... izan ere, azken 60 urteetan gure lanak sortutako aberastasuna, BPGa (barne produktu gordinaren bidez neurtzen dena), 5 aldik emendatu delarik !

Eta nora doa sos guzi hori ?

Akziodunen sakeletara (CAC 40 enpresek 41 miliar banatu dituzte 2012an), eta 2013an heien ondarea hurrenez urren 23, 22 eta 15 miliarrekoa den Bettencourt, Arnaulten sakeletara. Era berean, 100 miliarreko laguntza publikoaz baliatzen diren nagusien kutxetara, eta horri gehitu behar diogu Ayrault- Hollande gobernamenduak eskaini dien zergarik gabeko 20 miliarreko mailegua.

Sosa... bada ba !

... baina guttiengo ttiki batentzat soilik. Guzi hau aldatu behar da ! Sosa hori zertarako ? Gure erretretendako, denenri lan bat emateko, lan sariak emendatzeko. Izan ere, horrela kotizazioak emendatuko dira eta ez da « defizitarik » izanen !

Soldatapekoen eta erretretadunen eskubide afera bat da.

37,5 – 60&55

Gibelka egitea ez onartzeaz gain, hona beraz zer nahi dugun : 37,5 kotizazio urtetara itzultzea, erretretara abiatzea 65 urtetan (55 lan dorpeentzat) ; lana denen artean partekatzea ; lan sarien, erretreten eta guttieneko sozialen emendatze duina.

Prest egon gaitezen erantzuna emateko !

"Konferentzia soziala, kontzertazio soziala, partalier sozialak : petzero jokoa, kalakaldi hutsala, non sindikatuek ez duten deus egitekorik. Denbora galdua. Ilusioa sortu negoziatzeko deus ez izan eta arrapostu orokor bat prestatu behar delarik.

Gibelatze soziala eragotzi behar dugu. Borroka gaitezen gure armekin : manifestaldiak, grebak, ekonomiaren blokaia !"

Mise à jour le Jeudi, 27 Juin 2013 22:28