Menu principal

ANNULATION DU PACTE DE RESPONSABILITÉ! PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Mardi, 18 Mars 2014 00:00

Français
Euskara

Après la loi dite de « sécurisation de l’emploi » qui a cassé le code du travail, après la réforme des retraites de l’automne dernier, Hollande, avec son pacte de « responsabilité », a fait ce que Sarkozy n’avait pas osé : les patrons ne paieront plus les cotisations qui financent les allocations familiales. Gattaz président du Medef ne peut qu’être satisfait de ce cadeau de 30 milliard d’euros, pris directement dans les poches des salarié-e-s puisqu’il s’agit en fait d’un « salaire différé ».
Parallèlement, Hollande a annoncé une baisse des dépenses publiques d’un montant de 50 milliards d’euros. Cela signifie une dégradation accentuée des services publics.
Les coupes claires dans les effectifs de la Fonction Publique (particulièrement hôpitaux, inspection du travail, répression des fraudes…) ne permettent déjà plus d’assurer leurs missions auprès de la population ; les premières victimes sont et seront les classes populaires.
Rappelons que chaque année les entreprises privées reçoivent plus de 200 milliards d’aides, d’exonérations et de subventions publiques.
Hollande est bien le président des patrons !

“Dialogue social”...? Il n’y a rien à négocier!

Le Medef et le patronat ne peuvent que sortir gagnants des “négociations” engagées autour du pacte de responsabilité, l’une des plus grandes attaques contre la population, avec en ligne de mire la disparition de la Sécu.
Comme c’était prévisible, les directions de la CFDT, de la CGC et de la CFTC ont accepté, sans honte, de signer ce pacte, bien qu’il n’y ait aucun engagement chiffré de créations d’emplois en contrepartie. Ce cadeau de 30 milliards viendra grossir les profits des actionnaires, tandis que chômage et précarité continueront. Cela fait trente ans que dure la politique de cadeaux au patronat, cela fait trente ans que les emplois ne viennent pas!

CGT et FO dénoncent à juste titre le pacte comme un “marché de dupes”. Mais que vont-ils faire dans la galère du “dialogue social” au lieu de préparer, sur des mots d’ordre clairs, une riposte à la hauteur de l’attaque?

Pour la convergence des luttes !
Vers une riposte d’ensemble !

Les journées d’action éclatées dans le temps n’ont pas permis de gagner sur les retraites. Les résistances contre les licenciements, pour des conditions de travail et des salaires décents, éparpillées, ne peuvent vaincre. L’heure est à coordonner et généraliser les luttes sur des axes communs :
- interdiction des licenciements.
- partage du travail entre toutes et tous sans perte de salaire.
- augmentation générale des retraites, des salaires et des minima
sociaux.
- abrogation de la loi de “sécurisation de l’emploi”.
- annulation du pacte de responsabilité.

Le rôle des directions syndicales n’est pas d’aller “dialoguer” là où il n’y a rien à négocier. Elles maintiennent ainsi l’illusion qu’il pourrait sortir de ces discussions quelque chose de favorable pour le monde du travail.

Seule une contre-offensive d’envergure du monde du travail pourra faire reculer le gouvernement et le Medef

 

ERANTZUKIZUN ITUNARI EZ !


Lan kodigoa hautsi duen « enpleguaren segurizazioa » izeneko legearen eta pasa den udazkeneko erretreta erreforma lotsagarriaren ondotik Hollandek bere « erantzukizun itunarekin » Sarkozy baino urrunago joan da : nagusiek ez dute gehiago familia laguntzak finantzatzeko kotizazioak pagatu beharko. Gattaz, MEDEFeko presidentea pozik da zuzenki langileen sakeletatik hartutako 30 miliar euroko opari horrengatik, kotizazioak « gerorako » lansari mota bat baitira.

Hollandek jakinarazi du opari hori gastu publikoen 50 miliar euroko apaltzearekin diruztatua izanen dela, erran nahi baitu zerbitzu publikoen kaltetan.

Funtzio publikoko langile kopuruen tipitzeak (ospitaletan, lan inspekzioan, iruzurren errepresioan..) beren misioak murriztera ekartzen du ; lehen biktimak jende xumeak direnean.

Oroitarazi behar da urtero enpresa pribatuek 200 miliar diru laguntzak eta kotizazio edo zerga murrizketak errezibitzen dituztela. Bai, benetan, nagusien lehendakaria da Hollande !

“Elkarrizketa soziala”... ? Ez da ezer negoziatzeko!

Erantzukizun ituna, populazioaren aurkako eraso nagusietariko bat da, seguritate soziala jo mugan delarik; delako “negoziazioak” Medef eta nagusien alde izango direla ez da inolako dudarik.

Aurre ikusten ahal zen bezala, CFDT, CGC eta CFTCko zuzendaritzek ituna izenpetzea onartu dute, lotsarik gabe, nahiz eta itunaren truke enpleguak sortzeko egiazko engaiamendurik ez izan. 30 miliar euroko opari honek akziodunen etekinak emendatuko dituzte, langabezia eta prekaritatea segituko dutelarik. Ba da orain 30 urte opariak egiten zaizkiela nagusiei eta 30 urte enpleguak ez direla sortzen !

CGT eta FO-k ituna salatzen dute baina zer ari dira delako “Elkarrizketa sozialean”, aldarrikapen argi batzuen inguruko ihardukitzea antolatu ordez ?

Borroken bateratzearen alde !
Denen arteko ihardukitzera buruz

Noizbehinkako mobilizazio egunak antolatzeak ez zuen erretretei buruz irabaztea ahalbidetu. Horrela ezin dira borrokak - lizentziamenduen aurka, lan baldintzak hobetzeko eta lan sari duinak lortzeko - irabazi.
Borroka guzti horiek ondoko ardatzen inguruan uztartzeko tenorea da :
- kanporaketak debekatu
- denen artean lana partekatu, lansaria apaldu gabe
- erretretak, lan sariak eta sozial errentak emendatu
- « enpleguaren segurizazioa » deitu legea baliogabetu
- erantzukizun ituna ezeztatu

Sindikatuen zuzendaritzen eginkizuna ez da “hizketatzera” joatea, ezer ez delarik negoziatzeko. Horrela jokatuz, langileentzako onurak lor dezaketelako ameskeria biziarazten baitute.

Soilik lan munduaren mobilizazio orokorrak gobernamendua eta MEDEF gibelarazten ahalko ditu

Mise à jour le Lundi, 24 Mars 2014 15:41