Menu principal

Transports
Communiqué de presse du 22/02/2010 PDF Imprimer Envoyer
Transports
Mardi, 23 Février 2010 19:11

Suite à l’obtention par Veolia de la délégation de service public des transports en commun de l’agglomération BAB pour les 10 ans à venir, « Oldartu – Lutter ensemble », collectif regroupant associations, syndicats et partis, rappelle son exigence d’une gestion par une régie publique des transports en commun et poursuivra son action dans ce sens. Le réseau a été géré durant 30 ans par la société Transdev qui fusionnera avec Veolia dans les mois à venir…le changement n’est pas grand !

La constante est que les transports en commun continueront à enrichir les actionnaires d’une entreprise privée. Le collectif « Oldartu-Lutter ensemble » le dénonce une nouvelle fois et rappelle son exigence d’une régie publique des transports. Nous continuerons notre action dans ce sens.

Oldartu poursuit sa campagne pour la gratuité des transports en commun, déjà réalisée dans certaines villes comme Aubagne ou Castres-Mazamet, gratuité dans le cadre d’une gestion privée pour la première, publique pour la seconde. La gratuité s’accompagne du développement et de l’amélioration des transports en commun comme le montrent les expériences en cours ; nous l’analysons nécessaire d’un point de vue social comme écologique ; nous l’analysons tout à fait possible sans que nos impôts augmentent puisque la billetterie ne représente que 17% des recettes de la STAB ; remarquons d’abord que la gratuité permet l’économie du coût de la billetterie ; ensuite, il suffirait d’augmenter très légèrement la taxe transport, versée par les entreprises ayant plus de 9 salariés (ce qui s’est fait là où il y a gratuité) ; cette taxe est actuellement sur le BAB de 1,05% de la masse salariale et peut être augmentée jusqu’à 1,8%.

Sur le BAB, il est question de restructurer le réseau après consultation de la population ; sont envisagés des tarifs spécifiques pour étudiants et chômeurs, des tickets à 1 euro et des offres d’abonnements plus intéressants : autant de mesures que nous apprécierons au cas par cas et qui, si elles se confirment, seront des premiers pas vers la gratuité, seule vraie solution à notre sens.

En tout état de cause, nous continuerons nos actions pour populariser la gratuité, pour qu’elle soit exigée massivement et obtenue dans des délais que nous espérons courts.

Pour signer la pétition « gratuité des transports en commun », c'est ici

 

OLDARTU KOLEKTIBOAREN PRENTSA AGIRIA


Veolia enpresak, “Baiona-Angelu-Miarritze” aglomerazioko garraio kolektiboen zerbitzu publikoko delegazioa lortu berri du (10 urterentzat). “Oldartu-Lutter ensemble”, elkarte, sindikatu eta alderdiren kolektiboak, garraio kolektiboen kudeaketa publikoa eskatzen duela oroitarazten du eta eskakizun horren alde lanean segituko duela jakinarazten.

 

BAB-ko garraio sarea 30 urtez kudeatu zuen TRANSDEV enpresa Veoliarekin bateratuko da hurrengo hilabeteetan... aldaketa gutxi beraz ¡ Garraio kolektiboek enpresa pribatu baten akziodunak aberasten segituko du. “Oldartu-Lutter ensemble” kolektiboak egoera hori salatzen du berriz ere eta garraioen kudeaketa publikoaren beharra aldarrikatzen du.

 

Alabaina, OLDARTU-k garraio kolektiboak dohainik izan daitezen bultzatu duen kanpaina segituko du. Aubagne edo Castres-Mazamet hirien adibideek bideragarria dela agerian ezartzen dute : bi kasuetan garraioak dohainikakoak dira, ezberdinki kudeatuak izanik ere (kudeaketa pribatua Aubagnen, publikoa Castres-Mazameten). Kasu guztietan, dohaintasusuna eta garraio kolektiboen garapena eta hobekuntza uztartuak dira. Dohaintasuna jendartearen onerako beharrezkoa da baita ingurumena zaintzeko ere. Horrez gain, garraioen dohaintasuna zergak igo gabe bideragarria da, txartelen salmentak STABeko diru sartzeen % 17ª baizik ez baitzuen osatzen. Garraioak dohainik izanki, txartelen sistemak sortu gastuak desagertuko lirateke; gero aski litzateke 9 langile baino gehiagoko enpresek ordaintzen duten zerga doi bat emendatzea (egiten dena garraioak kittorik diren tokietan) : gaur egun, BABen, soldata masaren % 1.05 ekoa delarik % 1.8raino emenda daiteke.

 

BABen, sarea ber egituratzea aipatzen da, populazioa kontsultatu ondoren; ikasle eta langabetuentzako prezio bereziak aipatzen dira baita euro bateko txartelak edota harpidetza eskaintza interesgarriagoak : neurri hauek gauzatzen badira, dohaintasuna lortzeko lehen urratsa baizik ezin dira izan, hau baita guretzat aterabide bakarra.

 

Hala eta guztiz ere, dohaintasunaren aldeko ekintzak segituko ditugu, ulertua eta masiboki eskatua izan dadin eta epe motzean lortua.

 

Garraioak dohainik guztientzat” petizioa izenpetzeko, hemen da

Mise à jour le Mardi, 23 Février 2010 19:22
 
Pour le respect des droits sociaux fondamentaux PDF Imprimer Envoyer
Transports
Lundi, 22 Février 2010 20:44

Les droits sociaux ne sont pas négociables. Ils ont été reconnus comme inaliénables dans des déclarations internationales et des préambules de constitution. Ils correspondent à l’idée que nous nous faisons des besoins qui doivent être satisfaits et de la société dans laquelle nous voulons vivre. Ces droits, identiques pour les hommes, les femmes, qu’ils soient de citoyenneté française ou étrangère, représentent des objectifs à atteindre et à protéger contre toutes attaques.

Nos revendications précisent et actualisent ces droits notamment dans notre contexte local.

 

  • Droit à un revenu décent pour chacun-e

    • A travail égal, salaire égal.

    • Augmentation de 300 euros pour tous les revenus inférieurs à 2,5 fois le SMIC (salaires, pensions, retraites, minima sociaux, salaires socialisés) sans revenu inférieur à 1500 euros net par mois.

    • Toute augmentation de la productivité et/ou des bénéfices doit bénéficier aux salariés par une augmentation du salaire et/ou de la protection sociale et/ou de la diminution du temps de travail.

    • Indexation des revenus sur les prix.

    • Une échelle des salaires doit être déterminée démocratiquement afin de

définir un revenu maximal.

 

  • Droit à se nourrir

    • Baisse des prix de consommation de base par une TVA à taux zéro et répartition équitable des marges entre la distribution, la transformation et les agriculteurs/trices.

 

  • Droit à se loger décemment

    • Recensement de la vacance de logements dans chaque commune et réquisition des locaux inoccupés depuis un certain temps;

    • Maîtrise du foncier par les municipalités pour éviter les pratiques spéculatives et mise en place d'un vaste programme de logements sociaux qui couvre les besoins communaux et inter-communaux.

    • Taxation des habitations non occupées ;

    • Imposition d’un programme de logements HLM, ILM dans toute opération immobilière ;

    • Application des législations existantes (loi SRU ; loi DALO)

 

  • Droit à se déplacer

    • Mise en régie municipale des transports urbains et développement des transports collectifs dans les zones rurales;

    • Financement par les employeurs des déplacements domicile/travail ;

    • Refus de la LGV au Pays basque ; amélioration des voies existantes y compris l'ensemble des voies secondaires.

    • Gratuité pour les transports collectifs de proximité

 

  • Droit à la protection contre les aléas de la vie : chômage, maladie, retraite, handicap

    • Garantir à tou-te-s l'accessibilité aux organismes de protection dans l’anonymat respecté ; santé gratuite (contre les dépassements d'honoraires et les franchises médicales);

    • Sécurité des patients qui passe, notamment, par la défense des conditions de travail des salariés de la santé

    • Maintien des services publics de proximité (centre hospitalier, maternité…)

    • Développement d’une vraie médecine du travail pour l’ensemble des salarié-e-s du privé comme du public

    • Maintien du système de retraite par répartition; retour immédiat aux 37,5 annuités pour tou-te-s et vers les 35 annuités pour tou-t-es

 

  • Droit à l’éducation, la culture et la formation

Halte aux suppressions de postes et aux fermetures de classes; création massive de postes pour faire face aux besoins et améliorer la qualité de l'éducation

    • Droits garantis en rendant effectivement l’école accessible à tou-te-s : contre les fermetures de classes dans les petites communes ; attribution de réels moyens pour l'intégration des handicapé-e-s à l'école ;

    • Non à la privatisation du système éducatif, par exemple au projet de jardin d'éveil (privé) se substituant à la maternelle

    • Localement, accès à l’éducation en basque pour tou-te-s ;

    • Amélioration de la loi sur la formation professionnelle choisie, financée et possible tout au long de la vie.

    • Accès à la culture pour tou-te-s par le développement d’activités culturelles d’initiatives populaires ou institutionnelles.

 

Mise à jour le Lundi, 22 Février 2010 20:50
 
Pétition pour les transports en commun gratuits PDF Imprimer Envoyer
Transports
Samedi, 12 Décembre 2009 10:14

 

Signer la pétition en ligne ou imprimer la pétition en pièce jointe et nous la renvoyer.

 

Pétition à l’appel du Collectif Oldartu – Lutter ensemble
(Abertzaleen Batasuna, Action Consommation Pays Basque, ATTAC, Batasuna, Collectif Contre les Violences Sexistes, Comité d'Action
de Soule, CNT, ELB, Ikasi eta Irauli/Jeune Réagis:, LAB, NPA, Segi, Solidaires)
  • Parce que se déplacer est une nécessité qui
    coûte trop cher
  • Mugitzea, garestia den behar bat delako
  • Parce qu'il est aujourd'hui vital de lutter contre
    la pollution
  • Gaur egun, kutsaduraren kontra borrokatzea ezin
    bestekoa delako
  • Parce que la circulation est de plus en plus
    difficile, le traffic de plus en plus saturé
  • Ibiltzea, gero eta zailagoa delako eta trafikoa, gero
    eta trabatuagoa delako
  • Parce que la collectivité finance déjà, à partir
    d'importantes subventions, une grande partie des
    transports en commun (actuellement régis par une
    société privée, la Transdev)
  • Diru laguntza handien bidartez, kolektibitateak
    garaio publikoak jadanik diruztatzen dituelako, (Gaur
    egun "la transdev" zozietate pribatuak kudeatzen du)
  • Parce que la billeterie ne représente que 17% des
    recettes de la STAB et que ce n'est donc pas utopique:
    Comme dans d'autres villes (Aubagne, Chateauroux,
    Castres-Mazamet...) où elle est déjà en vigueur :
  • Txartelen salmentak STABen diru sartzeen %17a
    baizik ez duelako estaltzen eta beraz utopikoa ez
    delako,
    Beste herri ainitzetan bezala (Aubagne, chateauroux,
    castres-mazamet...)
Je demande la gratuité des transports en commun
Garaioak dohainik guztientzat eskatzen dut

Signer la pétition ici
Attachments:
FileFile size
Download this file (Pétition Transports.pdf)Pétition Transports.pdf78 Kb
Mise à jour le Dimanche, 13 Décembre 2009 14:25