Menu principal

Emploi - Précarité
Actions du jeudi 21 octobre PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Vendredi, 22 Octobre 2010 05:50

- A 7h15 et 12h15, nous étions une trentaine avec les grévistes de France Telecom à l'entrée de l'entreprise de Bayonne pour distribuer des tracts aux salariés, les inviter à rejoindre la grève et les actions en cours.

- De 8h à 14h30, nous étions plusieurs centaines pour bloquer aux camions les accès à la zone portuaire de Boucau-Tarnos à partir de deux barrages, l'un à Tarnos, l'autre à Bayonne

- Les lycéens ont manifesté à Bayonne à 10h30, bloqué le carrefour St Léon puis rejoint le barrage du pont rouge

 
Occupation de la CARSAT PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Mercredi, 20 Octobre 2010 19:30

LA GREVE ET LA LUTTE...jusqu'au RETRAIT

Action de la journée: l'occupation de la CARSAT (ex-CRAMA, Avenue Foch - Bayonne).

Elle a eu lieu comme prévu de 10h à 17h même si la préfecture, qui a manifestement eu vent de l'action, avait fait baisser le rideau métallique de l'entrée. Nous sommes parvenus à entrer et à l'ouvrir, et l'immeuble a pu de fait rester ouvert au public; c'était notre objectif justement pour expliquer le plus largement possible nos actions et nos objectifs
Nous étions nombreux (de 50 à 150 au plus fort de l'occupation), très motivés avec banderoles, drapeaux, sono et mots d'ordre.
L'occupation a été réussie. Nous avons distribué notre tract aux employé-e-s de l'immeuble, leur avons expliqué notre action dans le cadre du mouvement général pour exiger le retrait de la contre réforme des retraites; nous avons été très bien accueillis, une solidarité sans faille.
Nous avons tenu une AG sur place à 12h, avec des points sur les secteurs en grève, les actions en cours et à venir.
La presse a été avertie et les médias sont passés.
Casse-croute sur place, puis réunion de travail pour discuter et décider des actions de blocage à venir...une journée bien remplie et qui motive pour la suite!

 
« Pour le retrait de la réforme des retraites, que faire ? » PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Samedi, 04 Septembre 2010 20:43

Français

Euskara

OLDARTU

t’invite le 7 septembre 2010 à une

Assemblée générale

à 14h30 à la Bourse du Travail

« Pour le retrait de la réforme des retraites, que faire ? »

 

Le projet de réforme des retraites a pour objectifs principaux une baisse supplémentaire des pensions et l’aggravation des conditions de travail ; il aurait de très graves conséquences pour la vie quotidienne des classes populaires. Pourtant, l’accroissement considérable de la productivité devrait permettre de travailler moins avec un salaire convenable et de bonnes conditions de retraite. Mais c’est le patronat, avec l’aide du gouvernement, qui accapare ces richesses pour préserver voire augmenter ses profits. C’est inacceptable et nous ne pouvons laisser faire !

 

Ce 7 septembre ne doit pas être une nouvelle journée d’action sans lendemain. Sarkozy prétend qu’il ne reculera pas, se préparant à discuter simplement de miettes. Pour nous, ce projet n’est ni amendable, ni négociable. Il n’y a pas d’autre solution que son retrait pur et simple. C’est donc un bras de fer qui s’engage, que nous ne gagnerons que par une lutte d’ensemble résolue ! De nombreuses initiatives dans ce sens voient le jour depuis juin1, des syndicats ont déposé des préavis de grève illimitée à partir d'aujourd'hui... Pour le collectif OLDARTU la perspective d'une grève générale doit être posée.

 

Afin de débattre et décider ensemble de la suite du mouvement jusqu'au retrait du projet.

Rendez-vous après la manifestation

à 14h30 à la Bourse du Travail


1 Ici le collectif Retraites Pays Basque appelle à une caravane de voitures le samedi 11 : « 60km pour la retraite à 60ans », dans les Pyrénées Atlantiques un appel-pétition en faveur de la grève générale a déjà obtenu 1300 signatures.

 

OLDARTU kolektiboak 2010ko irailaren 7a gomitatzen zaitu

Biltzar Nagusi batera

Lan Bursan 14:30tan

« Zer egin, erretreta erreforma proiektua bertan behera uzteko ? »

 

Erretreta erreforma proiektuaren helburuak pentsioen beste beheititze bat eta lan baldintzen larritzea dira. Langileen eguneroko bizian ondorio dorpeak balituzke. Alta produktibitatearen emendatze ikaragarriak sari duin batekin guttiago lan egitea eta erretreta on batekin bizitzea posible egiten ditu. Bainan nagusiek gobernamenduaren laguntzarekin, ekoizturiko aberastasunak bereganatu nahi dituzte, beren etekinak gero eta handiagoak izan daitezen. Onartezina da eta ezin ditugu hori egitera utzi !

 

Irailaren 7ko mobilizazio egun hau ezin da segidarik gabe gelditu. Sarkozyk ez omen du gibelka egiteko asmorik eta soilik xehetasunak eztabaidatzeko prest omen da. Guretzat proiektu hau ez da hobetzen ahal. Kendu behar da eta kitto ! Indar harreman azkar bat sortu behar dugu beraz eta borroka orokor bat ezinbestekoa da irabazteko. Joan den ekainetik iniziatiba desberdinak sortu dira han hemenka1, sindikatu batzuek greba jarraitzeko deialdiak luzatu dituzte... OLDARTU kolektiboarentzat greba orokorraren aukera plantatu behar da.

 

Proiektua erabat kentzeko mugimenduaren segida denen artean

eztabaidatu eta erabakitzeko

hitz ordua dugu manifestalditik landa

Lan Bursan, 14:30tan

 

 

1 Hemen bertan Euskal Herriko Erretreta kolektiboak auto karabana antolatuko du irailaren 11an (“60km, erretreta 60 urtetan atxikitzeko”) ; Pyrénées Atlantiques departamenduan greba orokorraren aldeko izenpetze bilketak 1300 izen bildu ditu jadanik.

Mise à jour le Samedi, 04 Septembre 2010 20:52
 
Tou-te-s ensemble mobilisé-e-s pour défendre nos retraites ! PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Vendredi, 25 Juin 2010 14:24

Ils l'ont fait ! Recul à 62 ans de l'âge légal de départ à la retraite et à 67 ans du droit pour tous à une retraite à taux plein;  allongement de la durée des cotisations;  augmentation des cotisations des fonctionnaires... c'est ce que prévoit le projet de loi qui sera discuté à l'automne.

Ces mesures sont injustes, injustifiées et ne feront qu'accroître les inégalités sociales et dégrader les conditions de vie d'une grande partie de la population..

Une des  conséquences majeures en sera la baisse du montant des pensions notamment de celles des plus précaires (rappelons que le montant des retraites a déjà baissé de 20 % depuis 1993). L'objectif est clair : affaiblir, jusqu'à le faire disparaître,  le système par répartition basé sur la solidarité et pousser ceux et celles qui ont des revenus qui le permettent à “capitaliser”, c'est-à-dire à placer leur épargne dans les fonds de pension.

La logique profonde de la réforme n’est pas de préserver la solidarité mais au contraire de rassurer les marchés financiers : à l’image de ce qui se passe en Grèce, en Espagne et maintenant partout en Europe, le gouvernement veut montrer sa détermination à faire payer la réduction des déficits publics aux salariés et à la population, en laissant intacts les revenus et le pouvoir de la finance.

Le projet de loi a été précédé d'une véritable campagne de propagande relayée par les principaux médias : il y a trop de retraités par rapport au nombre d’actifs d'où un déficit prétendument insoutenable.  Il faudrait travailler plus longtemps car l'on vit plus longtemps. Pourtant l’augmentation de l’espérance de vie n’est pas nouvelle, elle n’a pas empêché que le temps passé au travail dans une vie baisse en parallèle. Rappelons d'autre part que l'espérance de vie en bonne santé   d'un ouvrier n'est que de 59 ans. Tous leurs arguments sont faux, à base de chiffres manipulés et tronqués.
En fait, l’accroissement considérable de la productivité devrait permettre de travailler moins avec un salaire convenable, et de bénéficier de la retraite dans de bonnes conditions. Mais c’est le patronat et les actionnaires, avec l’aide des gouvernements de droite comme de gauche, qui empochent cette richesse supplémentaire (en 25 ans, la part des salaires dans la richesse produite a chuté de 10%, au bénéfice des profits) et ils entendent continuer dans cette voie.

De l’argent pour les retraites, il y en a : à condition de répartir autrement les richesses et le travail, d’interdire les licenciements, de créer des emplois dans le secteur public au lieu d’en supprimer (un millions d’emplois en plus, c’est 5 milliards de plus pour les caisses de retraite et toute augmentation de salaire signifie aussi augmentation des cotisations) ; à condition de prendre cet argent où il est (par exemple dans les 30 milliards d’exonération de cotisations dont bénéficie le patronat…à comparer avec les 10 milliards de déficit annoncés pour les retraites en 2010 !).

Il n’y a rien à discuter ni à négocier ! Seule une riposte unitaire et de masse les fera reculer, non seulement pour empêcher cette contre-réforme, mais encore pour que soient abrogées toutes les mesures concernant les retraites prises depuis 1993 et pour revenir à 37,5 annuités pour toutes et tous, pour le maintien de l' âge légal à 60 ans, à taux plein, sans revenu inférieur à 1500 euros…


L'heure est à la mobilisation de tous et de toutes : les salarié-es du privé et du public, les jeunes, les précaires, les chômeurs ! Nous pouvons et devons les faire reculer, empêcher ces mesures inacceptables et injustes et celles qui viendront inévitablement si nous ne réagissons pas !

Mobilisons nous !

 
Tou-te-s ensemble mobilisé-e-s pour défendre nos retraites ! PDF Imprimer Envoyer
Emploi - Précarité
Mercredi, 26 Mai 2010 06:16

Français

 

Euskara

 

Tou-te-s ensemble mobilisé-e-s pour défendre nos retraites !

 

Dès janvier prochain fin de l'age légal à 60 ans ? Recul de l’âge de départ à 62 ans ou plus? Allongement de la durée de cotisations à 43 annuités ou plus ?
Avec son « Document d’orientation sur la réforme des retraites » le gouvernement persiste dans son intention d’aggraver encore les conditions dans lesquelles les salarié-e-s pourront prendre leur retraite.

Quelle que soit la ou les mesure(s)s prise(s), la logique profonde de la réforme n’est pas de préserver la solidarité mais au contraire de rassurer les marchés financiers : à l’image de ce qui se passe en Grèce, en Espagne et maintenant partout en Europe, le gouvernement veut montrer sa détermination à faire payer la réduction des déficits publics aux
salariés et à la population, en laissant intacts les revenus et le pouvoir de la finance. Le résultat de la réforme est inévitable : baisse du montant des retraites et donc voie ouverte aux fonds de pension (pour ceux/celles qui pourront « capitaliser ».

Une véritable campagne de propagande assène de prétendues évidences: il y a trop de retraités par rapport au nombre d’actifs, la crise est là… et donc le déficit deviendrait insoutenable. Le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) coiffe le tout en annonçant pour 2050 un trou pour les caisses de retraite entre 72 et 115 milliards d’euros…comme si une projection en 2050 avait un sens ! Il faudrait travailler plus longtemps car l'on vit plus longtemps. Pourtant l’augmentation de l’espérance de vie n’est pas nouvelle, elle n’a pas empêché que le temps passé au travail dans une vie baisse en parallèle. Tout cela est un tissu de faux arguments.

En fait, l’accroissement considérable de la productivité devrait permettre de travailler moins avec un salaire convenable, et de bénéficier de la retraite dans de bonnes conditions. Mais c’est le patronat et les actionnaires, avec l’aide des gouvernements de droite comme de gauche, qui empochent cette richesse supplémentaire (en 25 ans, la part des salaires dans la richesse produite a chuté de 10%, au bénéfice des profits) et ils entendent continuer dans cette voie.
De plus, ils veulent aujourd’hui nous faire payer leur crise ! Chômage, précarité, salaires de misère pour les uns, mais profits juteux pour une infime minorité : encore près de 50 milliards de bénéfices pour les entreprises du CAC 40 en 2009, année de crise! Et le dernier rapport de l’INSEE montre des riches toujours plus riches et des inégalités qui se creusent.

Alors, de l’argent pour les retraites, il y en a : à condition de répartir autrement les richesses et le travail, d’interdire les licenciements, de créer des emplois dans le secteur public au lieu d’en supprimer (un millions d’emplois en plus, c’est 5 milliards de plus pour les caisses de retraite et toute augmentation de salaire signifie aussi augmentation des cotisations) ; à condition de prendre cet argent où il est (par exemple dans les 30 milliards d’exonération de cotisations dont bénéficie le patronat…à comparer avec les 10 milliards de déficit annoncés pour les retraites en 2010 !).

Il n’y a rien à attendre de la « concertation » avec Sarkozy-Fillon. Il n’y a rien à discuter ni à négocier! Seule une riposte unitaire et de masse les fera reculer, non seulement pour empêcher cette contre réforme, mais encore pour que soient abrogées toutes les mesures concernant les retraites prises depuis 1993 et pour revenir à 37,5 annuités pour toutes et tous…Préparons-là !

 

 

Denak batera mobilizaturik gure erretretak defenditzeko !

 

Hel duen urtarriletik bertatik 60 urteko adin legala bertan behera utziko ote ? Erretrata adina gibelatu, 62 urte edo berantago arte ? Kotizazio urte kopurua luzatu, 43 urtetara ?

Plazaratu berri duen « Erretreten erreformari buruzko norabide txostenarekin » gobernuak erretreta hartzeko baldintzak larriagotzeko bere asmoa berretsi du.

dozein gisaz, neurri hauen helburua ez da elkartasun sistema bermatzea baizik eta finantziar merkatuak lasaitzea : Grezian, Espainian edota Europa osoan gertatzen ari den bezala, frantses gobernuak erakutsi nahi du defizita publikoen murrizketa langileen bizkar emaiteko prest dela, finantzaren poderea eta irabaziak hunkitu gabe. Bere erreformaren ondorioa automatikoa izanen da : erretreten maila beheititu eta pentsio fondoei bidea ireki (kapitalizatzen ahalko dutenentzat).

Egiazko propaganda kanpaina baten bidez, neurri ezinbestekoak direla sinestarazi nahi dute : kotizatzen duten aktiboekiko erretretadun gehiegi ba omen dira; krisia hor da. eta defizita, diru galtzea, jasangaitza da. Horrela, 2050. urterako, COR organismoak (Conseil d' Orientation des Retraites) alimaleko ziloa iragartzen du erretreta kutxetan : 72 eta 115 miliar artean. 2050ean gertatuko dena jakiteko aukera bagenu bezala ! Denbora gehiagoz lan egin beharko litzateke, bizi esperantza luzatu baita. Alta joera horrek ez du eragotzi azken hamarkadetan lanean pasatzen dugun denbora murriztea. Kanpaina guzti hau argudio faltsuz josia da.

Alta, diren produktibitatearen emendatze izugarriei esker, lan sari duin batekin guttiago lan egitea eta erretretaz baldintza onetan baliatzea posible litzateke... aberastasunak ongi banatuz gero ! Baina nagusiek eta okziodunek - gobernamenduen oniritzi eta laguntzarekin - dituzte irabazi horiek kobratzen (25 urtez, sortutako aberastasunen arabera hilabete sariek duten zatia % 10ez tipitu da, etekinak beste hainbestez emendatzen ziren bitartean); bide beretik segitu nahi dute !

Horrez gain beraien krisia pagarazi nahi digute ! Langabezia, prekaritatea, hilabete sari miserableak askorentzat. etekin izugarriak guttiengo tipi batentzat aldiz : aurten, 2009an, krisi erdian, CAC 40eko enpresek 50 miliar benefizio egin dute ! Halaber, INSEE.ko azken azterketak inegalitate sozialak handituz joaten direla agerian ezartzen du : aberatsak geroz eta aberatsagoak eta besteak.

Erretretak ordaintzeko dirua bada beraz ! Baldin eta lana eta aberastasunak beste molde batez partekatzen badira, lizentziamenduak debekatzen badira, zerbitzu publikoetan enpleguak kendu ordez beharrezkoak direnak sortzen badira (milioi bat enplegu gehiago = 5 miliar gehiago erretreta kutxetan; hilabete sarien emendioak kotizazioena ondorioztatzen du ere bai.); dirua den tokian hartzen bada (jakin behar da adibidez nagusien kotizazio tipitzeak, 30 miliarrekoak dira. 2010ean iragarritako erretreta kutxen defizita 10 miliarrekoa baizik ez delarik).

Ez da ezer lortzeko gobernamenduarekin negoziatuz edo eztabaidatuz. Gure erantzunak baizik ez ditu gibelaraziko; erantzun bateratua eta masiboa beharrezkoa da; ez bakarrik erreforma honen aurka baizik eta 1993z geroztik hartu diren neurri guztiakkenduak izan daitezen eta, denentzat, 37.5 urtetara itzukltzeko. Erantzun hau antola dezagun !

 

Mise à jour le Mercredi, 26 Mai 2010 06:36
 
«DébutPrécédent123456SuivantFin»

Page 5 sur 6